Qu’est-ce qu’un aquarium Low Tech ?

 

Un aquarium Low Tech, comme son nom l’indique, est un bac utilisant le moins d’outils techniques possible. Souvent ces cuves ne comportent pas de filtration et de chauffage et seulement un éclairage sommaire, voire aucun n’éclairage. En s’inspirant de la méthode Walstad, ces aquarium « tournent » en laissant principalement les plantes et la population du bac créer un cycle permettant la vie dans l’aquarium seulement grâce à la photosynthèse.

Le Low Tech adapté aux débutants ?

Même si la théorie est séduisante. Présentés sur de nombreux blogs comme la solution ultime mêlant écologie, bien-être des occupants de l’aquarium et économie. Le bac Low Tech n’est pas forcément une bonne idée pour l'aquariophile amateur. En effet, ce système présenté comme simpliste par les aficionados du tout naturel et adaptes du poubellarium demande un certains nombre de connaissances en aquariophile qui ne sont  pas forcément maîtrisées par les débutants.

Et ce genre de bac naturel deviendra vite une aventure « sans filet » qui pourrait faire capoter ce projet par un simple dérèglement des paramètres d’eau.

Alors, débutants réfléchissez à deux fois avant de prendre la route du tout naturel. Parfois, il est plus sage et plus responsable envers vos futurs pensionnaires, d’opter pour un volume d’eau plus faible entraînant moins de coût de maintenance que de faire le choix d’un système que vous ne maîtriserez pas avant plusieurs échecs. Il faudra tester l'amoniaque de votre aquarium régulièrement afin d'être sûr que la pollution est bien absorbée par les plantes.

 

Voici maintenant les expériences des membres

maintenant des axolotls en Low Tech

"Alors pour mon bac lowtech je l’ai mis en route il y a deux ans ( début 2016). J’avais à la base préparé l’aquarium de façon classique avec un filtre externe, et cyclé celui-ci environ 4 semaines. Sur un forum j’ai fais la connaissance d’une personne qui maintenait ses axolotls en lowtech. Il était très critiqué à ce sujet. Mais sa maintenance m’a fortement intéressé étant une adepte du naturel au quotidien. J’ai beaucoup lu, des articles français mais anglais surtout. Certains maintenaient des poissons « fragiles » sans problème depuis des années avec cette technique. Malgré la peur j’ai sorti mon filtre, je l’avais emmené chez un ami et mis dans son aquarium pour maintenir les bactéries vivantes et actives, en cas de souci. Je testais mon eau tous les jours, avec une cuve vide à côté en cas de soucis. Je n’en ai jamais eu besoin. Dès le départ mon bac était fortement planté, un peu de tout, et avec un seul axolotl au début pour éviter trop de pollution à la mise en route. 6 mois après un deuxième a rejoint le bac. J’ai ensuite mis un petit filtre interne pour créer un mouvement d’eau, ce n’est pas obligatoire, mais les axolotls ne sont pas des speeds. J’ai rajouté des plantes émergées au fil du temps, j’en teste des nouvelles régulièrement, je trouve que c’est un plus. Je me suis beaucoup inspirée des poubellariums. Je n’ai jamais siphonné le sol. Je ne fais jamais de changement d’eau. Je rajoute un peu d’eau de conduite de temps en temps pour combler l’évaporation. Je ne taille que rarement les plantes, j’aime le côté bordélique que cela donne. J’observe beaucoup, le nombre d’escargots, où sont-ils, les micro-organismes, le comportement des axolotls, l’état des ses branchies, etc..."

"Les plantes en immergées j’ai de la vallisneria, mousse de java, des lentilles, de l'alterantera

En émergées : Monstera, cyperus, fougère naine, Dieffenbachia, pothos, chlorophytum, lucky bambou et autres dracaena et une pante non identifiée."

(A venir photos du nouveau bac de 150 x 50 x 60)

Merci à Stella Lagriffoul pour ce partage. ^^   

site axolotls et cie

© 2013-2019 www.axolotls-cie.com

Toute reproduction du site, partielle ou complète, est interdite sans l'expresse autorisation de l'auteur.