MORPHOLOGIE

anatomie axolotl, morphologie

Battersya Trapedwen

anatomie axolotl, morphologie

Nathalie C

anatomie axolotl, morphologie

Battersya Trapedwen

Les yeux sont tout petits et ne sont pas recouverts de paupières. Ils sont cependant recouverts d'une petite membrane.

Il existe plusieurs couleurs selon la génétique de l'animal.  

Trois magnifiques branchies ornent de chaque côté la tête de notre axolotl et le rendent si reconnaissable. Elles sont assez fragiles et parfois susceptibles être mycosées. Elles lui servent à respirer et peuvent parfois être sans couleur ou très très colorées au contraire, cela tient au fait que lorsque l'axo est excité, énervé ou en chasse le sang afflue dans celles-ci.La bouche de l'axolotl peut s'agrandir de façon surprenante, si vous le surprenez à bailler vous comprendrez.

Sa bouche. Elle est munie de minuscules dents pour retenir les proies que le loulou a ingurgité par aspiration, mais la peau humaine ne les sent même pas. 

De toutes petites narines sont visibles au dessus de la bouche. Et l'axolotl sait les utiliser sont odorat est remarquable. (Peut-être pour pallier sa légère myopie).

 

anatomie axolotl, morphologie
branchies, anatomie axolotl, morphologie

Nathalie C

Passons à présent à la silhouette de notre axolotl :

Quatre pattes munies de quatre doigts à l'avant et cinq à l'arrière avec des exceptions qui confirment la règle. Elles agrippent et font avancer notre petit dragon mais sans substrat se fatiguent vite et des petits muscles peuvent être froissés car elles ne sont pas faites pour porter le loulou.

La largeur du ventre doit être égale à celle de la tête, vu de dessus. La femelle a un ventre bien plus arrondi que le mâle.

Un voile dorsal transparent traverse le corps de l'axolotl jusqu'au bout de sa queue.

N'ayant pas d'écailles, la peau fine de nos petits loups est très fragile, un copain qui croque par inadvertance, un décor coupant ou tout simplement des produits peuvent très vite abîmer sa peau et causer parfois même de graves dommages !

organes axolotl, branchies, anatomie axolotl, morphologie anatomy

Les mauvais paramètres d'une eau peuvent par exemple veiner sa peau indiquant un souci.

Leur queue est leur gouvernail, ce qui leur donne d ailleurs une détente incroyable.

Le cloaque, protubérance situé entre les pattes arrières et la base de la queue sert à expulser les excréments et à la reproduction. Il est plus allongé et boursouflé chez le mâle, alors qu'on le trouve plus pointu, arrondi ou simplement plat chez la femelle mâture. 

L' axolotl se régénère, certes mais pas à l'infini et pas toujours de façon harmonieuse...

branchies, anatomie axolotl, morphologie
repousses des pattes, branchies, anatomie axolotl, morphologie

Pourquoi la métamorphose n’a pas lieu chez l’axolotl ?

( Rappel : chez les plupart des amphibiens, la métamorphose est le moment où l’individu passe du stade aquatique (tétard ou larve) au stade terrestre. Cette transformation a lieu sous l’influence de la glande thyroide présente chez tous les vertébrés. Cette glande thyroide va produire une sécrétion qui va transformer le tétard (ou la larve chez les salamandres) en un individu qui a la même morphologie qu’un adulte. L’animal qui était aquatique pourra quitter l’eau pour aller sur la terre .)

Il est important de savoir que cette métamorphose n’a pas du tout lieu chez l’axolotl dans la nature. La glande thyroide de l’axolotl est atrophiée et ne fournit pas assez de thyroxine (secrétion hormonale de la thyroide) pour pouvoir transformer l’axolotl en individu terrestre. C’est donc l’environnement de l’axolotl qui a des répercussions sur son mode de vie… Le lac Xochimilco est en fait un lac sur un plateau, le paysage autour est désertique : il n’y a aucun arbres, buissons, coins humides, où des salamandres de forme terrestre pourraient survivre. L’axolotl reste donc sous forme larvaire et peut se reproduire. Ca serait au cours de l’évolution que la glande thyroide de ne s’est pas développée chez cette espèce et que l’axolotl a acquis au fil du temps cette particularité d’être néoténique.

Alexander von Humboldt (1769-1859), le naturaliste allemand a étudié l'ambystoma Mexicanum voici ses dessins. Vous trouverez ci-dessous ses documents initiaux et en blanc travaillés pour une meilleure clareté.

Cloaque

site axolotls et cie

© 2013-2019 www.axolotls-cie.com

Toute reproduction du site, partielle ou complète, est interdite sans l'expresse autorisation de l'auteur.